LIBÉRATION : LES LÈCHES-CULS PRO !

Publié le par Takeda Tetsuya

LIBÉRATION SE DÉCULOTTE AUSSI VITE QUE SON OMBRE QUAND IL S AGIT DE NOS "AMIS" ALGÉRIENS OU MUSULMANS

(POUR MOI C EST DU PAREIL AU MÊME)


  POUR L'ARTICLE QUI SUITE, LIBÉ SE RÉPEND EN EXCUSES PLATES ET VEULES...


Notes salées pour l’Algérie

Groupe C. Battus par la Slovénie sur une erreur de leur gardien, les Fennecs démarrent mal le Mondial. Revue des troupes.

L’Algérie, qui retrouvait la Coupe du monde après vingt-quatre ans d’absence, a démarré sa compétition par un match un peu mou, un peu chiant, un peu con, qui s’est conclu par une défaite face à la Slovénie (0-1). Un par un, la note des gars, sur 10.


Chaouchi : 4. Le gardien de l’ES Setif est surnommé Higuita en référence à son côté spectaculaire et à ses prises de risque débiles dans le jeu au pied. C’est sans doute aussi le fantôme de la légende colombienne qui l’a sommé de faire n’importe quoi avec ses cheveux. On se demande en revanche qui a bien pu lui conseiller de tartiner ses gants de margarine (0-1, 79e).

Bougherra : 7. Il a des seins, du ventre et un sacré coup d’œil, soit le parfait attirail du videur de night-club. Voilà sans doute pourquoi Novakovic, habitué à foutre le bordel sur le dancefloor des défenses adverses, a fait les frais du physionomiste défenseur des Glasgow Rangers. Le Slovène s’est fait recaler à l’entrée des dix-huit mètres algériens à chaque fois qu’il s’y est présenté.

Halliche : 5. Un coup de boule qui aurait pu libérer les siens (36e), puis rien de bien excitant. Un honnête joueur de pétanque, pas plus.

Yahia : 4. Flippant, rassurant, flippant, rassurant, flippant… Yahia, yo-yo.

Yebda : 7. Blond platine, DJ ! Le régulateur du jeu algérien, c’est lui. Il ambiance, donne le ton, balance le beat, oriente le jeu. Meilleur joueur de son équipe, facile.

Lacen : 5. A côté du fluorescent Yebda, il n’y avait que de la place à l’ombre dans l’entrejeu algérien. Lacen en a fait les frais.

Kadir : 5. Il a des joues beaucoup trop grosses, c’est une certitude. Et une technique assez bonne qui invite à se demander ce qu’il fout à Valenciennes. Remplacé par Guedioura (82e).

Belhadj : 6. Né dans le Jura, formé à Lens, déformé à Gueugnon, le gaucher a échappé à ce que la prédestination voulait lui offrir : une vie de raté. Suffisamment brillant dans son couloir gauche pour éclipser son coéquipier Ziani et s’imposer comme l’un des meilleurs Fennecs.

Ziani : 3. Si un leader doit montrer l’exemple, alors Ziani devrait commencer par éviter cette coupe de cheveux vomitive (rasé autour, brun à la racine, jaune dessus). Puis troquer son pantacourt pour un vrai short. Après, seulement, l’ancien Marseillais pourra penser à jouer.

Djebbour : 4. Peu à son avantage dans un rôle ingrat de pivot, il a été remplacé par Ghezzal (58e), lequel a fait l’éjaculateur précoce : un carton jaune quatorze secondes après son entrée en jeu pour tirage de maillot (59e), puis un deuxième pour une main volontaire complètement conne (73e).

Matmour : 3. Ceux qui n’ont pas fait arabe LV2 ont de bonnes raisons de croire que «homme invisible» se dit «Karim Matmour». Remplacé par Saïfi (80e).

Rabah Saâdane : 10. Survêtement, casquette, moustache pour le sélectionneur. La trilogie du blédard. Noiera son chagrin dans un verre de Selecto.

 

france-islam-2.gif


JE ME PERMETS DE FÉLICITER CHAUDEMENT LE JOURNALISTE POUR SA CLAIRVOYANCE ET SON À PROPOS...

 

iran-occident-le-dessous-des-cartes,M18751


Publié dans Actualité française

Commenter cet article