INVALIDES : HOMMAGE NATIONNAL

Publié le par Takeda Tetsuya

Nicolas Sarkozy exclut tout retrait des troupes tricolores engagées dans « le combat contre le terrorisme et la barbarie ».


Drapeau en berne mais fleur au fusil. La sonnerie aux morts résonnera aujourd’hui, en fin de matinée, dans la cour de l’hôtel des Invalides à Paris, où un hommage national doit être rendu en présence du chef de l’Etat aux dix militaires français tombés lundi sous les balles des talibans en Afghanistan.

Le gouvernement au grand complet devrait assister à la cérémonie qui se déroulera après le premier Conseil des ministres de rentrée. Les honneurs seront rendus aux soldats dont les dépouilles ont été rapatriées mercredi, à la suite de leurs vingt et un frères d’armes blessés durant l’embuscade et qui ont été pris en charge dans des hôpitaux militaires aussitôt leur arrivée en France. Accueillis par le secrétaire d’Etat à la Défense, Jean-Marie Bockel, ils ont reçu, dans la journée, la visite du Premier ministre François Fillon.

« Le combat contre le terrorisme et la barbarie. »

Il a donc fallu dix morts pour que la nation se souvienne qu’elle est en guerre. Une guerre menée par l’OTAN sous l’égide de l’ONU, que les alliés n’ont peut-être pas les moyens de gagner contre un ennemi insaisissable, mais qu’ils ne peuvent pas se permettre de perdre.

Mercredi matin, Nicolas Sarkozy a endossé l’uniforme de chef suprême des armées pour se rendre en Afghanistan auprès des troupes endeuillées. S’associant à la « peine indicible », le président de la République a rendu hommage à « l’indispensable travail » des militaires français dans « le combat contre le terrorisme et la barbarie ». Ce faisant, il a rappelé et martelé que la France n’abandonnerait pas le champ de bataille face aux factions terroristes talibans.

« Si c’était à refaire, je le referais. »

Redisant sa « détermination intacte », Nicolas Sarkozy se veut donc inflexible. En avril dernier, il avait décidé de l’envoi de 700 hommes supplémentaires en Afghanistan, portant les forces françaises à près de 2.600 soldats. « Je vous le dis en conscience, si c’était à refaire, je le referais », a-t-il déclaré hier aux militaires présents sur le front. Pas question, donc, d’envisager le moindre retrait de la coalition, comme l’exige une baroque alliance d’occasion du PC, de la LCR et du FN. En revanche, et ainsi que le demande le Parti socialiste et certains au sein de la majorité, un débat devrait bien avoir lieu devant le Parlement portant sur les objectifs de l’engagement des forces françaises en Afghanistan et les moyens qui doivent lui être alloués.

Car d’un strict point de vue militaire, les Etats-Unis, fer de lance de la coalition, pourraient demander à leurs alliés de nouveaux efforts, notamment via l’engagement de matériels supplémentaires.

« Du retour d’expérience »

Le matériel, justement, est-ce ce qui a fait défaut aux soldats pris dans l’embuscade ? Ceux-ci ont été attaqués alors que leur colonne passait le col d’une montagne, masquant leur visibilité. Or, les Français ne disposent pas, dans le pays, de drones (avions de surveillance sans pilote) qui auraient pu permettre une reconnaissance préalable. Plus grave, dans son édition d’hier, le journal Le Monde faisait état de témoignages mettant en cause des tirs de l’OTAN ayant touché les militaires français.

Le général Irastorza, chef d’état-major de l’armée de terre, estimait quant à lui qu’après « le temps de la compassion », viendrait celui « du retour d’expérience » et donc d’une enquête minutieuse sur les circonstances du sanglant affrontement.

 


« Tout Castres fait corps avec les familles des tués et blessés »

« Ensemble, on assume, on assure ! » La devise des épouses de militaires du 8e RPIMa est aujourd’hui partagée par des dizaines de milliers de Castrais. « Ce sont des enfants que l’on perd… »

Le premier registre de condoléances et de messages de soutien ouvert à la mairie de Castres est déjà intégralement noirci de douleur, de larmes et de regrets. Il est 14 h 30, ce mercredi, et la file d’attente devant le deuxième recueil de pensées n’a pas fini de s’allonger : « C’est un va-et-vient incessant, témoigne une assistante du maire Pascal Bugis. La queue fait au moins trente mètres, elle est constituée de retraités, d’anciens combattants, de quidams qui viennent dire leur solidarité. Vous savez, le « 8 », c’est Castres ! Dans les rues, tout le monde parle du drame. » Dès mardi soir, en ouverture d’un match amical contre l’Italie, les rugbymen du Castres-Olympique ont respecté une minute de silence.

Prestigieuse unité

Samedi, à 10 heures, une messe à la mémoire des tués sera célébrée en la cathédrale Saint-Benoît. « Ici, chacun connaît au moins un gars du « 8 », précise Jean-Philippe Audouy, conseiller municipal délégué aux relations avec le 8e RPIMa. Ce sont des enfants que l’on perd », ajoute l’élu bouleversé, lui-même réserviste dans cette prestigieuse unité. « L’émotion est terrible, mais on ressent une solidarité nationale réconfortante. Tout Castres fait corps et la France fait corps avec Castres. » Jean-Philippe Audouy a passé beaucoup de temps avec ses « frères d’armes » endeuillés : « Ils sont très dignes, très soudés. Et la femme du chef de corps qui a initié l’opération ruban jaune est depuis mardi auprès des familles. »

« Nous sommes heureux de faire notre métier. »

Les drapeaux ont été mis en berne. Signe extérieur d’un chagrin collectif qui se manifeste aussi par le dépôt de bouquets contre les grilles de la caserne et par le port des fameux rubans jaunes mis en vente au début de l’été, deux euros pièce, pour améliorer l’ordinaire des paras déployés dans cet Afghanistan hostile aux forces de l’Otan. « Nous en avions déjà vendu beaucoup avant la tragédie et on nous en redemande depuis, témoigne la vendeuse de la papeterie Coulier. Il faut comprendre que, même si c’est une ville, il y règne presque un esprit village. Le “8” fait partie de notre identité. »

L’osmose avec l’infanterie de marine est telle que nul n’a boudé l’initiative : les rubans jaunes se sont affichés en boulangerie, mercerie, boucherie, bijouterie, jardinerie, chez les coiffeurs, bureaux de presse, garagistes, pharmaciens, au golf, et même dans les cabinets de kinésithérapeutes ou vétérinaires. Via le blog Les Familles du 8, les Castrais ont pu mesurer la joie des paras ouvrant les colis expédiés grâce à l’argent collecté, jusqu’à des réfrigérateurs à gaz et des baby-foot ! Sur le site, photos et mails de la semaine dernière témoignent d’une humeur joyeuse : « Nous sommes tous très heureux de faire notre métier à fond et le moral est au beau fixe. Vive les rubans jaunes et bonne journée à tous », écrivait ainsi un para, le 16 août, louant avec humour « l’excellence des viandes et poissons » servis aux repas. Rassurer les proches restés au pays faisait partie de la mission !

Cérémonies à Paris et à Castres

Désormais, sur le blog, les anonymes se recueillent sous la liste des noms de huit hommes tombés l’arme à la main : sergent-chef Sébastien Devez, caporal-chef Damien Buil, caporal-chef Nicolas Grégoire, et les 1res classes Kevin Chassaing, Damien Gaillet, Julien Le Pahun, Anthony Rivière et Alexis Taani. « A leurs épouses et compagnes, à leurs enfants, à leurs parents, à leurs frères et sœurs, nous redisons notre solidarité et notre compassion, » lit-on le cœur lourd.

L’édile Pascal Bugis a pris le train hier après-midi, « il sera aux côtés des familles lors de la cérémonie aux Invalides », indique le conseiller Audouy. C’est ce jeudi, aussi, que la ville fêtera le 64e anniversaire de sa libération : « Nous débuterons la célébration par un hommage aux morts du 8e RPIMa. » Castres, marraine du régiment, observera ensuite une minute de silence.

Publié dans Actualité française

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

evhee 25/08/2008 02:06

la France vient de découvrir que la guerre, ca tue !
Il n'y a guère ...que le pavot qui s'épanouisse en ce jadis beau pays ! et je rapelle qu'un rapport de l' O N U avait fait mention de la presque disparition de ces cultures sous le règne des talibans, la conclusion est évidente, non ? l'Empire et ses chiens tirent bien évidemment profit de la poudre de mort, ils n'ont d'ailleurs pas placé le fantoche Karzai par hasard, c'est le frère de ce Monsieur, TRES CONNU qui régit laffaire...très lucrative, pour qui ? pour lui tout seul ? surement pas, ca crève les yeux, c'est trop évident, Mon idée est faite : je pense-bien sur qu'il y a d'autres intérets- que ce commerce pourri suffit à lui seul pour les démons qui nous dirigent à inventer n'importe quoi pour rester dans ce pays qu'ils pomperont jusqu'à la moelle!...ils boufferont, d'ailleurs, la moelle, et les os! Mais que la France soit complice de cela, me rend folle Il faut savoir que les Talibans, ce sont les Patchuns, et que les Patchuns, c'est la moitié à peu près de la population afghane ! de plus il y a au Pakistan 15 000 , 17 OOO Patchuns également

Takeda Tetsuya 25/08/2008 05:53


...oui notre civilisation part en fumée...


semper 23/08/2008 23:39

Aviez vous vu cela?

http://www.marianne2.fr/Sarkozy-pouffe-devant-les-cercueils-des-militaires-a-Kaboul_a90445.html

Takeda Tetsuya 24/08/2008 10:27


Il n'est malheureusement pas nécessaire de visionner cela pour connaître le personnage...


joan 22/08/2008 19:31

Chris du Fier

Sacré culot que d'insulter les Américains sans lesquels vous parleriez allemand aujourd'hui...
Eux aussi ont pleuré des milliers de morts en Europe!
Franchement écoeurant!

Takeda Tetsuya 22/08/2008 23:27


Pas des milliers...des dizaines de milliers....
Mais il faut cesser de réferrer en 2008 à des évènement vieux de plus de 60 ans maintenant.
Les hommes ont changé, l'éducation aussi, la civilisation...la politique...rien n'est pareil...malheureusement .
L'intérêt du pétrole lui est resté...tout aussi malheureusement, et ce n'est pas un intérêt uniquement américain.

Il est aussi une chose qui a radicalement changé : nos valeurs ! Et ce n'est pas un petit groupe de personnes qui défendent ce qu'il en reste pied à pied qui y changera quelque chose...
Ainsi va la vague qui reflue...mais qui revient tout aussi régulièrement.


Lörelei 22/08/2008 14:39

Sans vouloir être méchant ou jouer les Cassandres...un deuil en France, c'est 6 mois...j'ai l'impression qu'au rythme où vont arriver les cercueils, le deuil va être permanent.. ; donc on fermera notre grande gueule en permanence en laissant une bande de cons gérer la vie de nos soldats....bravo M le Cri du Fier...vous avez de la suite dans les idées ...
Je ne vois vraiment pas la corrélation entre nos armées d'antan (redoutées alors après la guerre de 14-18) et celles d'aujourd'hui à part le manque d'équipement, d'entrainement...même l'éducation était meilleure en 1939...
Ca aussi c'est pitoyable..

Takeda Tetsuya 22/08/2008 14:41


Fluctuat Nec Mergitur...


Chris du Fier 22/08/2008 14:18

Soutien à nos soldats et à leur combat en Afghanistan.


Il me semble vraiment dérisoire, voir pitoyable de lire et d'entendre ce déchainement de hargne et de 'moi, je vous l'avais dis'... de tous ces censeurs de dernière minute qui n' arrivent pas à maitriser leurs nerfs ou pour certains qui font de la politique à outrance sans aucun respect du temps de deuil que nous devons accorder aux proches et aux familles de nos soldats morts au combat.

Ce défilé guignolesque devant les micros et les caméras de certains officiers généraux plus ou moins à la retraite, ces péroraisons de 'stratèges' en chambre pour nous expliquer leurs versions des évènements, ces chefs de partis politiques qui y vont gaiement d'une plume acide pour régler leurs comptes avec le gouvernement légal et en guerre de notre pays, et tenter de faire oublier leurs déconvenues lors des dernières élections me semblent bien vains, dérisoires, indécents et inconvenants.

Ce n'est quand même pas le Président de la république ni son gouvernement qui ont été atteint par cet événement tragique - somme toute naturel pour une troupe engagée dans des combats - mais c'est ce que représente la France (notre pays pour ceux qui l'ont oublié) aux yeux de nos partenaires européens d'abord et du monde accessoirement. Nous avons tout le temps pour régler nos comptes politiques avec nos dirigeants. Il y a des opportunités pour cela. Ce sont les élections.

Non ! le théâtre d' opérations en Afghanistan n'est et ne doit pas être l'exclusivité de l' Oncle Sam. Il nous concerne tous. N'oublions pas les explosions de joie dans nos propres banlieues lors du 11 Septembre. N'oublions pas les centaines d' islamistes 'français' s'enrôlant avec jubilation dans les rangs de Al-Quaïda pour combattre l' Occident – c'est à dire la France - partout où ils le peuvent. N'oublions pas les bombes de Madrid et de Londres, et celles à venir le jour ou un état islamiste jouira de ses propres bombes atomiques et des lanceurs.......

Une guerre internationale sans frontières a commencé avec ou sans l' approbation de nos gouvernants. Il faut y faire face ou alors accepter la honte et regarder les yeux baissés le mépris que nous pourrons lire dans le regard de tous ceux qui se battent pour notre liberté, si par malheur et sous la pression d'une soit-disant opinion publique, nous devions quitter le combat la queue basse.

Dans cette nouvelle guerre mondiale qui se dessine ne copions pas l' Amérique de 1939/1940/1941 qui regardaient et assistaient sans broncher et sans rougir à l' assassinat des démocraties européennes par les hordes nazis. Montrons leur l' exemple, encore une fois, du courage et de la constance. Nos soldats méritent mieux que les querelles stériles que certains de nos politiciens leur font subir.... Ils sont les dignes héritiers de leurs anciens, morts pour la France sur tous les théâtres d'opérations où la France les avaient envoyés.


Chris du Fier 22 Août 2008
Haute-Savoie,
L' autre pays de la résistance.

Takeda Tetsuya 22/08/2008 14:28


...