J.O. de Pékin : Ita Missa est !

Publié le par Takeda Tetsuya


Jeux olympiques et politique :

Un beau podium de faux derches

Une compétition olympique avait commencé bien avant les JO -et se poursuivra bien après leur clôture : un grand concours d'hypocrisie, dont on hésitait un peu à décerner la médaille d'or : le Comité international olympique la mérite certainement, mais les media ont effectué un parcours remarquable de beaufitude, et quelques sportifs se sont illustrés par un don particulier pour le truisme et la langue de bois requis pour danser au bal des faux derches. Mais à tout seigneur tout honneur :  médaillons donc d'or le  président du CIO, Jacques Rogge, pour son éclairante vision humaniste : " Nous défendons le principe général des droits de l'Homme, sans entrer dans le domaine spécifique du monde de la politique ". Quoi de plus beau, en effet, qu'un principe qu'on se refuse à dénaturer en l'appliquant…


JO1968.jpg Citius, altus, fortius

Les Jeux Olympiques de Pékin se sont terminés comme ils avaient commencé : dans le tintamarre baroco-stalinien d'une cérémonie à la mesure des ambitions du pays organisateur. Et on admettra sans peine que ces JO ont pleinement rempli le mandat donné par la devise du Comité international olympique : " Plus vite, plus haut, plus fort ". Plus vite mis à l'écart, les gêneurs (Pékin avait été nettoyée de ses dissidents et des petites gens protestant contre la destruction de leur habitat) ; plus hauts, les profits marchands des jeux du cirque ; plus fort, le chauvinisme. A ceux qui regretteraient que les festivités olympiques aient été si lointaines, une bonne nouvelle a été donnée : deux visionnaires, le directeur de l'Hôtel de Rhône et le président de Genève Tourisme ont eu une idée de génie, reprise (c'est dire si c'est une idée de génie) par Mark Muller et la Tribune de Genève  : faire organiser les Jeux Olympiques d'hiver 2018 à Genève. C'est vrai que ça manquait à notre station de sports d'hiver. Torriani et Jobin ont donc monté un comité exploratoire, pompé 200'000 balles au Sport Toto, et sont allés quémander des soutiens moraux divers et variés. Faut les comprendre : comme l'UEFA, le CIO est une gigantesque pompe à fric. Durant l'olympiade 2004-2008, le mouvement olympique aura perçu cinq milliards de revenus. Pour les JO de Pékin douze multinationales ont payé 866 millions de dollars le droit d'utiliser l'emblème olympique. Dans le Comité d'organisation des JO de Pékin (BOCOG), on trouvait 35 entreprises qui payaient chacune 28,5 millions (soit un milliard au total), plus des prestations en nature. " Plus vite, plus haut, plus fort ", on vous dit…


RÉPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE :

Remporte le tournoi olympique de tir dans la tronche toutes catégories

Publié dans Internationnal

Commenter cet article