CARCASSONE : Bilan

Publié le par Takeda Tetsuya


Des militaires se tiennent à l'entrée de la caserne du 3e Régiment de parachutistes d'infanterie de marine (RPIMa), le 29 juin 2008 à Carcassonne



 

Les dix-sept personnes blessées après qu'un militaire a ouvert le feu à balles réelles pour une raison inexpliquée, dimanche, sont sorties d'affaire. «Alors que hier, pour deux d’entre eux, le pronostic vital pouvait être engagé, aujourd'hui, c’est un peu plus satisfaisant. Ils ont été opérés dans la nuit et il n’y a plus personne qui soit menacé», a déclaré le préfet de l'Aude Bernard Lemaire, lundi sur RMC Info.


Parmis eux, quinze civils (dont 5 enfants) et deux militaires, ont été blessés dimanche, dont quatre grièvement.

Blessés stabilisés

Lundi matin, l'état des blessés semblait être «en voie d'amélioration», selon le responsable des secours du Samu-Smur de Carcassonne qui fait état de «beaucoup de petites plaies de projection». «Le plus gravement touché est un adulte atteint au thorax. Il est en cours d'intervention actuellement», a-t-il déclaré sur France Info.

Quatre blessés légers sont sortis de la clinique Montréal de Carcassonne, dans la nuit de dimanche à lundi, selon l’AFP. Cinq autres blessés sont hospitalisés à l'hôpital de Carcassonne, où Nicolas Sarkozy doit se rendre lundi en milieu de matinée, avant d'effectuer un déplacement à Toulouse, où quatre blessés sont hospitalisés.


Le garçonnet de 3 ans opéré

Une fillette de 6 ans, hospitalisée au CHU de Carcassonne et atteinte à l'avant-bras et à l'épaule gauche, a également subi une intervention dans la nuit. Son état est qualifié de «stable». Quant au garçonnet de trois ans, touché au coeur et au bras, a été opéré dans la nuit au CHU de Toulouse et son état est «stabilisé», selon un communiqué l'hôpital. Un garçon de 11 ans, souffrant de plaies pulmonaires, est sous surveillance et présente un état stable tandis qu'un autre, âgé de 10 ans et touché à la cuisse, est actuellement pris en charge au bloc opératoire.

Au total, 11 blessés ont été hospitalisés à Carcassonne, 4 à Toulouse, 1 à Montpellier et 1 à Perpignan.

Publié dans Parachutistes

Commenter cet article

ronin 01/07/2008 12:29

Lorsque j'ai appris à me servir d'une arme.

On m'a toujours dit à blanc , vide ou chargé en balles réelles .On ne doit jamais viser un être vivant sauf en cas de légitime défense.

Je ne comprends pas ce qu'il s'est passé

Takeda Tetsuya 02/07/2008 07:42


Lors d'un tel exercice, qui est une sorte de démonstration théatrale, en fait, le soldat ne vous vise pas vraiment, il ne vise rien exactement....seulement dans ce
cas là, la foule est là, devant vous compacte...
J'ai assisté à des dizaines de démonstrations de ce style sans avoir jamais vu une telle bévue. Quand le destin s'en mêle.....