REGAIN

Publié le par Takeda Tetsuya




    Certains disent que la violence ne sert à rien. C'est vrai dans un absolu démocratique où le bien du peuple (celui qui paie, celui qui souffre, celui qui travaille et celui qui consomme) est véritablement défendu par des représentants responsables, intègres et désintéressés financièrement. Ce qui n'est plus le cas depuis longtemps. Le capitalisme ne peut être accepté comme système que si il génère travail et prospérité pour tous. Ce n'est plus le cas depuis longtemps. La mainmise de l'Europe, des multinationales, de l'étranger sur notre outil de travail à détruit celui-ci d'une façon durable. La politique visible des nantis de France voudrait que notre pays devienne un gigantesque parc à loisir pour leurs amis du monde entier.
    Résumons leur philosophie (certains diront que je suis populiste, je m'en fous, je sais ne pas me tromper), elle est toute simple : Garder les intérêts de leur caste (en incluant de  ci de là quelques arrivant parvenus qui leur procurent des avantages supplémentaires), appauvrir le citoyen lambda de telle façon qu'il soit plus malléable à leurs désirs (le français est réellement devenu un "Veau" depuis quelques décennies) les petits biens que possèdent une classe moyenne de plus en plus réduite empêchant une révolte (même dans les urnes) salutaire ; faire des guerres externes qui si elles sont coûteuses pour les nations sont rémunératrices pour eux. En même temps, les budgets militaires s'appauvrissent, les même intérêts comptant sur le matériel humain pour faire la différence ; et surtout faire du vieil adage romain une règle de pouvoir : PANEM ET CIRCENSES
    L'abrutissement des masses par des illusions virtuelles, par la désinformation journalière, le mensonge élevé au rang de qualité.
    Quels sont les responsables ? Voyons, d'abord nous même ! Nous avons les élites que nous méritons.

    Désacralisation, désinvolture, envie, jalousie, veulerie, mensonges, ne sont pas qualités  exemplaires pour nos enfants or c'est ce que nous leur inculquons depuis la fin de la guerre et même depuis la fin de la première....Ce qui n'est pas le cas de beaucoup d'autres états dans le monde.
    Ensuite nos "élites"...celles-là on peut dire qu'elles sont probablement les plus veules et lâches au monde...en incluant aussi une dose incroyable de rapacité. Sans le moindre scrupule.
    Des noms? Il y en a tellement que je n'aurais pas assez de place dans un bottin de département pour les citer tous.

    Mais citons quand même les caste d'intouchables friqués :

    D'abord commençons par les Cassandres : les bon et braves journalistes qui ne trompent jamais, qui retournent leur veste avec le vent, qui font et défont les politiques ou les personnalités (du spectacle ou autre, on s'en fiche). Ces gens qui, grisés, par leur pouvoir se prennent pour la vraie puissance directrice du pays, un jour Nicolas, un jour Johnny, un jour Ségolène, un jour....Ils ont oublié leur déontologie...ils ont oublié leur foi : la vérité. Le mensonge et la calomnie sont devenu leurs crédos.
    Ensuite cette caste issue de cette belle école qu'est l'ENA, administrateurs instruits au mensonge, à la langue de bois et au vol. Nos directeurs, nos présidents de sociétés, nos députés, nos sénateurs pour la plupart issus de cette engeance où on apprend avec entrain l'art de la mise en boîte de l'électeur, de l'ouvrier, du salarié. L'art de l'esclavagisme moderne. L'art aussi de détruire un pays pour l'intérêt de quelques uns. Pas un n'y échappe...de gauche ou de droite.
    Et enfin une autre caste de privilégiés qui, assise pourtant entre deux chaises (celles de la précarité et de la sécurité) est pourtant assurée d'une sécurité d'emploi et de salaires mensuels (pour le moment). Cette caste de fonctionnaire d'état, râleuse et pourtant première fournisseuse de support pour nos élites...de gauche ou de droite.
    Je ne parlerai pas des syndicats car là, nous entrons dans un clos protégé. Ces bons "leader" syndicalistes, toujours prêt au combat...toujours prêts au compromis...sans aucune solutions véritable pour l'avenir...que défendent-ils au fait ?
Je reviens donc à ma première phrase...sur la violence...
    Si le bon peuple de France, voudrait nettoyer son pays par des moyens pacifiques ce serait merveilleux...sans effusions aucune...mais voilà le bon peuple de France attend d'avoir TOUT perdu avant de songer à se réveiller....alors la violence est une solution.
Celle du déclic. Celle qui amènera tout ce beau monde à se regarder un matin dans la glace et de déclarer : aujourd'hui je vais faire quelque chose de positif pour mon pays :
b[je vais couper le lierre qui étouffe mon arbre... le jeter au feu !]bi[
    Alors ce jour là, tous ensemble, nous délivrerons nos villes et nos campagnes de ces monstres buveurs de sang...de notre sang.

Publié dans Actualité française

Commenter cet article